Les déhanchés. Senones 1973. part. 3

Publié le par chervalin

Les déhanchés. Senones 1973. part. 3

Tu n'as pas encore 20 ans, mon gars et tu attends ton incorporation pour 1an sous les drapeaux.

En attendant tu vas prendre des cours de conduite à l'auto école Joly. Marcel était aussi le capitaine de l'équipe de foot dans laquelle tu joueras.

Tu donneras tes pantalons, tes pulls et tes chemises à laver au pressing et en passant tu te voteras une part de tarte au fromage blanc chez Keller.

Quand tu auras ta voiture, Il y aura deux garages à Senones. Des garages qui portent des prénoms. Nicolle si tu choisis Citroën et Claude si tu es plutôt Renault.

Il n'y a pas beaucoup de médecins. Le vosgien est solide et résistant. Tu éviteras pourtant le Dr Brocard fils, celui de la Combe qui se montre plutôt condescendant avec les gueux de ton espèce et avec ta piètre fonction d'éduc et tu choisiras de n'être jamais malade.

A Senones, tu préfèreras la cérémonie des pendus à celle de la relève de la garde, rutilante mais chiante. Les pendus par contre, te gêne pas pour être présent le soir près du troquet lorsque l'impétrant ira presque discrètement se dépendre en décrochant son effigie avec l'aide de la grande échelle des pompiers et sous le regard rigolard d'une vingtaine de spectateurs. Coup à boire obligatoire et la bière de mars coulera à flot.

A Senones,une fois l'an (mais je ne pense pas que cela ait continué) le soir tu regarderas les marcheurs de Paris Strasbourg, cavaler en se déhanchant en traversant la ville vers 11h du soir.

Suivis par une voiture d'assistance et épaulés par plusieurs cyclistes voir d'autres marcheurs ou coureurs. Pas de grande caravane publicitaire comme pour le tour de France mais partout des affiches pour Akiléîne. Un sponsor qui s'amuse à organiser des épreuves qui bousillent les pieds des coureurs puis à leur vendre ensuite les pommades qui vont bien. Des courageux un peu fêlés ces coureurs déhanchés, mais pour les spectateurs, une chouette occasion de boire un coup aux terrasses restées ouvertes exceptionnellement.

Toi tu iras chez Guidat.

Une ambiance d'été joyeuse qui donnait un air provençal à Senones où tu admireras et te moqueras en même temps de ces sportifs bien singuliers. Cela durait un moment car ils étaient une bonne quinzaine à rester encore en course et les écarts se mesuraient en heures.

Le plus proche supermarché se situait à St Dié et s'appelait Cora. "Chez Cora c'est sympa" lâchait d'une voix tonitruante le singe d'un film. Un monstre de 5 mètres de haut qui promenait les enfants apeurés dans sa main. A Senones, 4 épiceries dont deux côtes à côtes te dépanneront. Si tu veux de la viande, tu iras chez Louviot. Y a pas mieux. En plus grâce aux chaises, posées, tu apprendras vite les potins et les non dits des journaux. En face tu as la maison de la presse.Ce ne sera encore pas l'invasion de la presse people mais un nouveau truc vient de sortir. Les vignettes Panini. Il y a un jeune qui monte à Nancy. Platoche, il s'appelle. Mais toi tu préféreras quand même St Etienne.( Une époque où un seul étranger était admis à figurer sur la feuille de match. De véritables équipes locales, pas comme les actuelles formations de stars)

Avec ta première bagnole, tu te baladeras vers St Dié en passant par Ménil ou Ban se Sapt. Au détour d'un virage tu découvriras la décharge à ciel ouvert. Tu te désolais déjà de la carrière qui échancrait sérieusement la montagne mais avec cette verrue posée au cœur de cette belle vallée, tu prieras pour que cette poubelle géante disparaisse. Je te rassure, tes vœux seront exaucés.

Publié dans senones

Commenter cet article