Senones 1973.2

Publié le par chervalin

Senones 1973.2

En 1973 à La Combe, Il y avait donc une trentaine d'éducs. (Plus quelques chefs éducateurs) spécialisés. Issus de la route, de l'oisiveté, de l'incertitude, de la passion d'éduquer, de l'amour des enfants, de mai 68, du hasard, d'une annonce et d'études bravement interrompues.

Beaucoup de monde et presque pas de voitures. En bas des Sorbiers, le principal logement des éducs, ne traînaient que trois ou quatre véhicules autotractés. Tu faisais du stop ou tu t'entassait à six ou sept pour s'écarter (pas bien loin) de cette colo annuelle.

Colo, pour l'ambiance entre jeunes, pour le type d'activités que tu mettais en place, pour le paternalisme de la direction et bien sûr existait le cinquième repas ou la cinquième canette selon les personnalités ou l'envie de déconner. Certaines prenaient des tisanes, du thé des sirops et pas loin à côté les breuvages se montraient plus, disons, intensifs.

Comme dans toute structure, tout groupe toute organisation, tu vas découvrir qu'il y a de nombreux points positifs, dont tu profiteras car tu apprendras quelques bases imparfaites du monde social et professionnel et garderas en ton sein bien sûr quelques arrêtes. Par exemple la construction des horaires et l'infantilisation des éducs.

Parlons des horaires, qui il faut bien le dire, si le travail pouvait être assez cool, (selon le dégré d'énergie ou d'envie de faire des activités), les horaires coupés bouzillaient tes journées. Tu bossais par tranches ( dont certaines inférieures à deux heures) sur une amplitude de 15 heures. Et à la suite, tu étais de service toute la nuit et ce payé une valeur symbolique de deux heures.

Une grève intense à mis fin à cette injustice (car tu étais à la disposition de l'employeur) et à cet irrespect du code du travail.

Tu vas ensuite découvrir que tu n'as que très peu de responsabilités. Comme le turn over du personnel éducatif est actif, moins on te donne de responsabilités et plus facile sera ton remplacement. Pas d'accès à un budget quelconque, à une synthèse de gamin, à une réunion pédagogique. Tu côtoies quelques personnes (instituteurs, médecin, infirmières, psychologue, assistante sociale, kinés, diététicien, économe) sans vraiment travailler avec eux. Les seuls avec qui tu échangeras ce sont les ouvriers d’entretien, les chauffeurs et les femmes de service.

En 1973 pas de portable. Si tu pars profondément en forêt avec un groupe tu dois assumer. Ne pas oublier la musette des diabétiques, avec un kilo de sucre, de l'eau et une pochette de secours pour une intervention en cas d’hypoglycémie. Tu surveilleras ceux qui ne doivent pas courir (cardiaques) tu aideras ceux qui ne peuvent guère avancer, (RAA), tu pousseras un charriot parfois sur des sentiers escarpés, tu seras attentif aux asthmatiques, tu apaiseras les angoissés, tu te veilleras les départs de bagarres, tu regarderas ta montre pour arriver à l'heure aux horaires de l'infirmerie, tu raconteras des histoires ou animeras un jeu arrivé au bout de la piste.

Avec les collègues, tu te rappelleras de l'ambiance de camaraderie, des fêtes improvisées, des réunions arrosées, au café Guidat et tu n'oublieras pas les Vosges car elles chantent en toi quand tu n'y es pas.

Publié dans senones

Commenter cet article