Capitaine

Publié le par chervalin

Capitaine

Capitaine

Ode à Laureen

C'était un soir, où la lune surveille

Les petites fées, qui viennent s'entraîner

Elle ne sait pas, que ses rayons ensoleillent

Le jeu divin, de tes pieds endiablés

C'était un soir, où les arbres s'enrêvaient

De se mesurer au football avec toi

Suivre ta danse, deviner tes secrets

Contrôler la balle, applaudir tes exploits

C'était un soir, où les oiseaux craignaient

Que tu te blesses, que tu attrapes froid

Que le ballon, inséparable jouet

Te glace sur l'herbe, et s'éloigne de toi

C'était un soir, où la douleur reparut

T'éloignant déjà, des terrains, des amies

Il fallait bien, en payer le tribut

Attendre pour jouer, éteindre l'incendie.

C'était un soir, où l'équipe vacille

Où ton absence, ne put être comblée

Où la relance, domaine où tu brilles

Manqua au jeu, jusqu'à nous étouffer.

C'était un soir, Un soir de blessure

Où vers Valence, tu t'en es retournée

Depuis ce temps, il manque ta signature

De capitaine, à l'équipe d'ETG

Mais ce matin, ce matin de miel

Tu reparais, métisse dorée

Comme un soleil, dans notre ciel

Et le ballon rira, encore dans tes pieds.

Ô capitaine, les fées se réveillent

Et vont voler, sur l'herbe mouillée

C'était un soir, où la lune surveille

Les petites fées, qui viennent s'entraîner

Publié dans foot

Commenter cet article