Senones 1973. 1

Publié le par chervalin

Senones 1973. 1

1973

1.

Tu arrives à Senones par le car venant de la gare d' Etival.

On t'avait dit que c'était la montagne mais tu ne vois pas bien encore les sommets.

En fait, tu n'en verras pas.

Tu pénètres dans une sombre vallée en longeant d'interminables usines.

Et puis on te dit que maintenant il faut monter la côte pour arriver à La Combe.

Une valise dans une main, la guitare dans l'autre, tu marches vers ton premier emploi.

La Combe.

Tu arriveras à un croisement sans trop savoir s'il faut longer la route aux pied de ces nombreux bâtiments ou tenter de poursuivre la route montante.

Alors tu monteras.

Pour rien.

Car il te faudra redescendre les nombreuses marches jusqu'à la Rotonde.

En 1973, La Combe accueillait 140 enfants et adolescents malades.

Grosse structure employant près de 100 personnes.

La Combe avait une tête tricéphale. Un Directeur, une Éducatrice dite Principale et surtout un médecin.

D'autres pouvoirs plus ou moins occultes occupaient la place mais tu t'en apercevras plus tard.

La cuisine par exemple et aussi la chef du bataillon des femmes de ménage.

Après les présentations usuelles et les papiers administratifs à remplir laborieusement, on t'indique que tu seras logé tout là haut, dans le bâtiment des éducateurs que l'on appelle Les Sorbiers.

Comme cela te va, tu ne diras pas non.

Et c'est là enfin, en ouvrant les volets de ta piaule au deuxième étage, que tu découvres les Vosges.

Un paysage sublime, des montagnes douces couvertes de sapins et là à deux pas, les nombreux bâtiments blancs, violent et éclatant contraste avec la ville que tu viens de quitter.

Tu bois tout des yeux mais il faut aussi que tu te dépêches car dans quelques instants tu vas faire la connaissance de ton groupe de gamins.

Il te faudra bien t'arracher de la fenêtre envahissante et aller affronter la joyeuse bande et découvrir tes collègues, les locaux et le paquet de consignes à ingurgiter.

Après avoir pris une douche et en attendant que ta peau s'assèche car évidemment tu as oublié de prendre une serviette, tu lis les documents destinés aux arrivants mais surtout aux familles des enfants.

Il y a cinq groupes. Les Érables (petits mixte), les tilleuls (filles), les Fougères (Ados filles), les Bruyères (garçons), les Genêts (ados garçons).

Tu déchiffre les maladies des enfants sans trop comprendre car il est difficile de saisir la différence d'accompagnement entre néphrite, cardiaque, néphrose, asthme, rhumatisme articulaire et diabète.

Il y en a bien d'autres plus exceptionnelle.

L'un et tu le découvriras dans ton groupe est atteint d'une maladie d'une aberration congénitale que l'on nomme la peau de serpent.

Avec lui tu apprendras vite l'apprentissage du regard de l'autre et le contrôle de tes émotions.

Quand tu arriveras aux Érables un joli pavillon de trois étages, posé au bord d'un petit parc sur la droite de l'établissement, la première chose qui te frappera c'est l'odeur.

Pas une senteur désagréable, non, plutôt un goût des souvenirs d'enfance.

Tu es accueilli par une éducatrice, ta future collègue qui te raconte des trucs à n'en plus finir sur les différentes tâches et tu ne comprendras pas pourquoi tu ne t'es pas enfui sans demander ton reste.

Les enfants sont à l'école et on ira les chercher dans une heure.

Une heure à écouter, retenir, puis se souvenir de l'ordre, des noms, des lieux, des choses et des gens.

Tu te diras pour t'encourager qu'il en a bien été ainsi pour elle et qu'elle semble avoir bien digérer l'ensemble de ces consignes.

Dans ce groupe des petits, il y a 20 enfants. Les filles à l'étage et les garçons en dessous. Le sous sol étant réservé à la salle d'activité et à la buanderie.

1973. Évidemment pas d'ordinateur portable. Pas moyen de noter tout cela. Tu poses tes yeux partout, tu bois l'instant à une vitesse fulgurante, emmagasinant les consignes avec le secret espoir qu'elles ressurgissent rapidement.

On te parle des éducs. 1973 c'est la période où nul besoin d'éducateur spécialisé, de projet éducatif, de co-construction et autres réflexions sur l'orientation.

Là on te demande de faire plus ou moins de la garderie éducative.

Nous en parlerons dans la suite de tes nouvelles aventures. « 1973.2 »

Publié dans senones

Commenter cet article