ode à Célia

Publié le par chervalin

ode à Célia

Ode à Célia

Elle avait dans ses chaussettes

Un regard noir terrifiant

Pour faire tourner en girouette

Les assauts des attaquants

Solide devant sa surface

Les yeux rivés sur le ballon

Pas question qu'une joueuse ne passe

Si elle s'approche de ses crampons

Grande et belle comme une princesse

Elle nous montre régulièrement

Que sur le terrain, c'est une tigresse

Que l'on respecte sérieusement.

Elle ne connaît pas sa chance

Si elle commet une boulette

Toutes les filles de la défense

La sauve toujours d'une pirouette

Mais passé la zone des vestiaires

Le foot est déjà loin de sa tête

Pour rigoler elle est première

Et oui, la belle Célia mène la fête

Sans elle l'équipe est orpheline

Comme toutes les fées qui s'en écartent

La belle ambiance, le jeu patinent

Car c'est bien elle qui tient les cartes.

La fée Célia est la plus grande

C'est aussi la plus motivée

Celle qui mènera la bande

Sur les chemins des matchs gagnés.

Publié dans foot

Commenter cet article